«

»

mar
26

Le Parlement wallon demande au Gouvernement fédéral de garantir l’avenir et les missions accomplies par l’Institut national des invalides de guerre, anciens combattants et victimes de guerre (INIG)

Depuis de très nombreuses années, le Parlement wallon s’est investi dans le cadre du Devoir de mémoire « Nous avons pris de très nombreuses initiatives pour préserver et garantir la mémoire de celles et ceux qui ont souffert des conflits armés. A titre personnel, je suis la petite-fille d’un prisonnier politique décédé dans un camp de concentration nazi, il m’apparaissait comme normal de faire de la préservation de leur mémoire l’une de mes priorités » souligne Chantal Bertouille, Député wallon et première signataire de la proposition de résolution.

Ainsi, lorsque des rumeurs ont annoncé que L’Institut national des invalides de guerre, anciens combattants et victimes de guerre (INIG) l’INIG pourrait voir son budget être considérablement raboté, toutes les familles politiques se sont mobilisées au sein du parlement wallon.

L’INIG a diverses missions, il prend, notamment, en charge la coordination des associations et amicales patriotiques, il organise également une journée des vétérans. L’une de ses autres missions est axée sur le rem­boursement des soins de santé, soit plus de 18 800 bénéficiaires (invalides, anciens prisonniers ou ayant-droits).  L’INIG intervient également dans le domaine social proprement, avec l’octroi de prêts sociaux.

Par ailleurs, l’institut est l’un des principaux ancrages fédéral affecté au tra­vail de Mémoire. Diverses ren­contres, expositions, visites de camps sont organisées chaque année par l’institut.  En outre, le contrôle de la qualité d’entretien des sépultures et des cimetières militaires, c’est-à-dire des tombes de militaires tués pendant les deux guerres, rentre dans le périmètre des missions de l’institut.

« Ainsi, alors que nous commémorerons le centenaire de la 1ère guerre mondiale, le gouvernement fédéral semblait vouloir sabrer dans les actions de l’INIG, mettant gravement en péril la poursuite de ses missions….voire son existence même », s’inquiète Chantal Bertouille.

Ce mercredi 26 mars, le Parlement wallon a donc souhaité rappeler, à l’unanimité, au Gouvernement fédéral ses obligations en matière de Devoir de Mémoire, obligations qui passeront clairement par un maintien des moyens alloués à l’INIG.

La défense du Devoir de Mémoire passe par la sauvegarde de l'INIG

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.bertouille.org/?p=1132